J’hais l’hiver

… maudit hiver, chantait Dominique Michel. J’haguis l’hiver, comme elle disait, avec un beau gros « G » bien gras.

Mais comment rester insensible devant la beauté de toute cette neige blanche qui fait pencher les grands pins sur mon terrain? Comment rester insensible aux joues rouges de ma merveilleuse merveille qui entre de dehors après avoir joué avec sa petite copine à la noirceur? Comment ne pas avoir envie d’aller prendre une grande marche avec la chienne, pour respirer cet air à la fois froid et doux?

Et puis, elle finira bien par partir, cette neige, non? Non? Nonnnnnnnnnnn?

Ce contenu a été publié dans tranches de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à J’hais l’hiver

  1. Un beau gros G bien gras? Je lis et je relis, et j’arrive juste à lire une manière… euh… poétique (mettons) de dire mon nom de famille!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>