La rentrée scolaire – bis

Ça y est. Fini officiellement la garderie et autres trucs de « bébés ». Je suis dorénavant la maman d’une grande de maternelle.

Matin émouvant que celui ou on coupe encore une fois le cordon ombilical. Blondinette sautillante, merveilleuse merveille avait très hâte à son premier jour d’école. Quoiqu’en la réveillant ce matin, elle m’a dit: « Je suis trop fatiguée, je prends congé »…

Heureusement, dans la cour d’école, elle a retrouvé son ami M. C’était d’ailleurs tellement mignon de la voir se précipiter vers lui et de le prendre dans ses bras en lui disant qu’elle était contente de le voir! Et lui, rougissant, de lui montrer ses nouveaux vêtements et sa nouvelle casquette, assortie à sa boîte à lunch. C’est bien les gars, ça! On leur parle sentiments, ils répondent char et calotte!

Ce que je trouve le plus dur, c’est d’atteindre le délicat équilibre entre laisser aller et surveiller, protéger. Elle doit faire ses apprentissages, je sais. Ce matin, les enfants devaient apporter un bricolage et/ou un dessin. J’ai vu des trucs pas possibles, des bricolages ou il était évident que le parent avait beaucoup « contribué ». Même au niveau des dessins, certains avaient reçus l’aide « bienveillante » de maman ou papa. Ici, merveilleuse merveille avait décidé de colorier son Benjamin de manière plutôt « psychadélique »… Aurais-je dû m’en mêler? Aurais-je dû lui donner les bonnes couleurs et vérifier par-desssus son épaule qu’elle coloriait bien en dedans des lignes? Ma fille sera-t-elle tout de suite étiquetée « rebelle », « anti-conformiste », ou pire encore? J’ai choisi de lui laiser exprimer sa créativité, elle aura bien le temps de se conformer aux règles. Mais j’avoues que j’ai eu un petit pincement de coeur en voyant son professeur féliciter une autre petite sur la beauté de son Benjamin, alors qu’elle n’a pas dit un mot sur le nôtre…

Et oui, Mammouth a aussi été ému. Même si pour lui, c’est la troisième fois, c’est toujours émouvant me dit-il de voir votre progéniture pénétrer dans l’école, sans se retourner.

Dans quelques heures, je retourne la chercher. Demain, elle fera une journée complète. Je m’étais promis de profiter de mon avant-midi pour faire un peu de ménage. Mais je tourne en rond, et les aiguilles sur l’horloge n’avancent pas assez vite à mon goût.

Ce contenu a été publié dans tranches de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à La rentrée scolaire – bis

  1. véro dit :

    Ca me rapelle des souvenirs!!!! je dis toujours haut et fort que je déteste les jours de rentrée, même encore mantenant!!!
    C’est difficile la première fois, je te comprends… je crois que c’est un peu notre propre vécu que cela ravive, la trouille que nous avions au bide alors tout petit dans l’immense cour d’école, la grisaille ambiante, la peur du maître autoritaire, l’impression d’être jeté dans la cage aux lions…
    Ta fille est très émouvante… elle semble si forte et si fragile à la fois…
    Je vais certainement poser une question idiote, mais je ne sais pas ce qu’est un »benjamin »???
    Fais-lui un gros bisou de la part de Zoé et Manon qui ont repris le chemin de l’école depuis mercredi…
    Affectueusement à vous tous…

  2. Marie-José dit :

    @Véro: Benjamin est un personnage de bande dessinée animée pour enfants. En anglais, c’est Franklin. Une espèce de tortue futée, avec une calotte rouge et jaune, qui dort dans sa coquille, et qui a pour meilleur ami une moufette et un ours.

  3. bibco dit :

    La maternelle c’est émouvant, mais ça ressemble encore au monde des petits…attends et garde des mouchoirs en réserve, tu vas en avoir besoin pour la première….
    TU AS BIEN FAIT DE NE PAS L’AIDER À COLORIER SON BENJAMIN. Comme prof, je vois souvent des travaux qui frôlent la perfection, une perfection qui en dit long sur l’implication des parents et je désapprouve totalement. Aide et encouragements sont toujours de mise, mais faire le travail à la place de, tenir le crayon, chercher l’information sur le net, faire la mise en page, avoir une idée de génie sans impliquer l’enfant sont autant de moyens qui freinent la débrouillardise et empêche l’enfant d’avoir un pied dans la réalité et l’autre dans la débrouillardise. Et sachez parents concernés que la différence est facile à percevoir parce qu’en classe, le travail qu’effectue vos enfants ne peut que ressembler à ce qu’il fait à la maison…

  4. véro dit :

    Merci pour tes « lumières » Marie-José, je connais bien Frankiln!!!! J’ai même les petites peluches à la maison!!!
    Je suis tout à fait d’accord avec ce que dit Bibco, je n’ai jamais fait un travail à la place de mes enfants… Julie et Zoé ont toujours eu un caractère autonome et tant pis pour le résultat, nous en étions toujours fiers!!! Manon a eu plus de difficulté en psychomotricité fine et j’ai eu des réflexions très dures de la part de certains enseignants… je l’ai fait travailler à la maison, enfiler des perles, coudre, peindre… aujourd’hui c’est avec plaisir, et sans peur qu’on se moque d’elle, qu’elle présente ses créations!!!! Et heureusement, il y a des enseignants formidables qui ont su la comprendre!
    Encore une question idiote : en France, nos enfants commencent la maternelle à 3 ans, et ont 3 niveaux, petite, moyenne et grande section… A six ans, ils changent de structure et passent à l’école primaire (ou élémentaire) pour 5 niveaux, le CP (cours préparatoire, la classe charnière car apprentissage de la lecture) puis le CE1, CE2, CM1 et CM2…
    A 11 ans ils attaquent le collège, pour 4 niveaux (6ème, 5ème, 4ème et 3ème)… puis le lycée à 15 ans, autre structure, pour la seconde, la première et la terminale, année du BAC : examen de passage pour la fac… et autre écoles spécialisées…
    Je ne comprends pas, pour ta puce, c’est sa première rentrée?
    bisous!

  5. marie-josé dit :

    @Véro: désolée d’avoir tardé à te répondre. Nous avons profité du long weekend pour nous « évader » un peu.
    Ici, avant 5 ans, les enfants vont à la garderie (l’équivalent de vos crèches), que nous appelons CPE (Centre de la petite enfance). Le système est subventionné, mais il manque de place. Tu peux donc également mettre ton enfant dans une garderie privée, subventionnée ou non, ou dans une garderie en milieu familial subventionné. Mais ce n’est pas une obligation. Un enfant peut très bien demeurer, si c’est le choix de la famille, à la maison jusqu’à 5 ans.
    A 5 ans, les enfants commencent la scolarisation proprement dite: la maternelle est la première étape, le préscolaire. Ensuite, les enfants vont au primaire, de la première année à la sixième. Après la sixième année, ils vont à ce que nous appelons le secondaire, là encore du premier au cinquième secondaire. A la sortie de ce cycle, ils peuvent faire deux choix, s’ils n’ont pas choisi de faire un DEP *Diplôme d’études professionnelles* au secondaire. Donc, ils peuvent aller au CEGEP soit au général *sorte de préparatoire à l’Université*, soit faire un DEC *Diplôme d’études collégiales* – qui est un diplôme dans une technique. Je simplifie, bien sûr, mais en gros, c’est le cheminement « traditionnel ».
    Donc, tu as raison: pour ma puce, c’est sa première rentrée scolaire. Mais elle a fréquenté depuis qu’elle a un an différents types de garderie.

  6. Ping : 9 ans. Going on. | Les chroniques du patio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>