Voir un ami pleurer

C’est une magnifique chanson de Brel, reprise par Dan Bigras. Ce soir, après une longue discussion avec un ami, c’est cette chanson qui m’est venue en tête. Malgré toute la compassion, malgré les paroles de réconfort qu’on esquisse pour calmer l’angoisse et la peur, au final, on se sent bien impuissant à aider un ami dans la tourmente. On ne peut qu’espérer que pendant quelques minutes, voire quelques secondes, on aura permis à cet ami d’évacuer le trop plein. À cet ami, je ne peux que répéter que tout passe, même les tempêtes, et que dans quelques semaines, une fois la poussière retombée, la lumière fera de nouveau surface. Mais qu’en même temps, je sais que la perte des illusions et du rêve auquel on a tant cru, c’est une blessure de guerre qui laisse des cicatrices au coeur et au corps…

Bien sûr nos miroirs sont intègres
Ni le courage d’être juifs
Ni l’élégance d’être nègres
On se croit mèche on n’est que suif
Et tous ces hommes qui sont nos frères
Tellement qu’on n’est plus étonnés
Que par amour ils nous lacèrent
Mais voir un ami pleurer…

5 réflexions au sujet de « Voir un ami pleurer »

  1. C’est bien que tu sois là pour lui, Marie-José. C’est rassurant pour quelqu’un comme moi qui ne connais pas « ce monde » et qui a l’impression d’être bien impuissante face à ce qu’il vit… d’être trop loin aussi….
    Gros bisous.

  2. Et au milieu de la nuit, il y a des phares, des étoiles et des diamants brut de chez brut! De tout ça, on se souvient et c’est la somme des amis qui se sont manifestés qui fait la richesse de notre vie.

    En espérant qu’on se manifeste aussi pour eux quand ils en ont besoin.

    Parce que voir un ami rire, c’est divin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>