Retrouver ses 16 ans… l’espace d’un après-midi

J’ai toujours dit que le destin savait ce qu’il faisait en m’envoyant une fille. J’aurais été bien incapable d’être une « hockey mum », me levant aux aurores pour reconduire fiston à sa pratique de hockey, m’abreuvant de mauvais café dans un aréna humide et criant « skate! skate! skate! » jusqu’à me rouer la voix.

Pourtant… Ado, j’ai hanté l’aréna de ma ville natale, soir après soir et fin de semaine après fin de semaine. Une groupie, une fan finie de joueurs de hockey. Une Suzie Lambert, amoureuse du joueur étoile de l’équipe. J’aimais le jeu, mais j’aimais encore plus être « ze pitoune » à qui on faisait des clins d’oeil en passant à toute vitesse sur le bord de la bande. J’ai même été la « date » du joueur midget récompensé au plan régional au banquet annuel de la ligue, c’est tout dire! Et j’ai toujours gardé pour moi le souvenir de sorties avec le beau Guy, alors vedette des Sag de Chicoutimi.

Hier après-midi, nous sommes allés, en famille, voir un match de hockey. Pas n’importe lequel: un match mettant en vedette les Anciens Canadiens. Assise sur le bord de la bande du petit aréna de banlieue, mes filles surexcitées avec moi, j’avoue l’émotion et l’excitation qui se sont emparées de moi à l’entrée de Patrice Brisebois, Gilbert Delorme, Pierre Sévigny, Stéphane Richer, Dave Morissette… et Guy. Mon Guy. Le genou mou, très très mou. J’ai raconté aux filles. Et à Mammouth. Qui en a parlé à Guy. Qui évidemment ne se souvenait pas de moi. Parce que NOUS avons été plusieurs, semble-t-il, à bénéficier de sa présence…

Ouais. Le destin sait ce qu’il fait. J’aurais pas été faite non plus pour être une « hockey blonde ».

Ceci étant dit, les joueurs ont été d’une générosité peu commune en signant des autographes, en se laissant photographier avec des p’tits poux et des ado proches de l’hystérie (sans compter les moumans qui avaient oublié qu’elles n’ont plus 16 ans!). Ils ont joué un gros 5 minutes avec une équipe de novices, et je suis persuadée que ces petits là se sont couchés avec des étoiles dans les yeux d’avoir joué avec Guy.

Quant à MM, elle a appris ce qu’était le hockey, la poutine d’aréna et l’attente proche de la chambre des joueurs pour tenter d’apercevoir son idole de plus près. Pas sûre qu’elle va devenir une groupie d’aréna…

Ce contenu a été publié dans tranches de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Retrouver ses 16 ans… l’espace d’un après-midi

  1. Djo dit :

    Euh… meudame Carbo?

    😉

    Djo

  2. MJ dit :

    C’est plus joli Mme Carbo que Mme Lafleur…:-)

  3. Hockey blonde, peut-être pas… mais hockey brune? Pourquoi pas. Je t’imagine nous tenir en haleine avec tes ‘Chroniques du patin’… Après tout, entre le patio et le patin, y’a qu’une lettre de différence!

  4. Joan Durand dit :

    Guy Carbonneau ou Guy Lafleur?

  5. Marie-José dit :

    @Joan: Carbo. Le seul. L’unique. Qui de proche est super ridé. Mais bon, on a plus 20 ans, hein…

  6. Joan Durand dit :

    Chanceuse, quand même!

  7. Émouvante ton histoire, mais j’imagine que tu étais triste à l’idée que Gui ne se souvienne pas de toi. Sinon très sympas ces joueurs!
    Bonne chance à toi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>