Quand Mammouth me fait pleurer…

En sortant de mon cours de yoga chaud,  je vois sur mon bébelleberry un texte de Mammouth, destiné à l’édition hebdomadaire de son journal. Je l’ai lu, les larmes aux yeux. Je me permets de le reproduire ici…

11 novembre 2001

Ce matin du 11 septembre, le Québec était l’invité des tours jumelles. L’événement Québec-New-York 2001, une  rencontre entre artistes québécois et newyorkais, devait se dérouler pour plusieurs jours au World Trade Center. Plusieurs créateurs de l’univers du multimédia étaient déjà sur place en cette belle journée ensoleillée de septembre.

J’aurais dû y être. Je devais être sur place le 11 septembre pour cette rencontre, mais les hasards de la vie ont fait que mon départ a été retardé au 12 septembre. Cette journée du 11 septembre, nous fumes nombreux à nous inquiéter pour nos proches, pour des amis qui eux, étaient sur place. Comme Clément Laberge, un ami de Québec, qui ce jour-là, accompagnait sa conjointe à cette rencontre de créateurs. Dix ans plus tard, j’ai demandé à Clément de se remémorer ce 11 septembre pour nous. Nous avons aussi demandé à plusieurs personnalités de plonger dans leurs souvenirs et de nous dire ce que le 11 septembre a changé dans leur vie.

À chaque 11 septembre, je me dis que j’ai sans doute raté un rendez-vous avec l’histoire. Ce qui, pour un journaliste vous en conviendrez, est un triste constat. Mais je ne savais pas encore que j’avais pris un rendez-vous avec la vie.

En effet, celle qui devait devenir ma conjointe était, elle, en plein tourbillon. À Ottawa où elle travaillait, cette journée du 11 septembre et les autres qui suivirent furent un enfer pour elle, sa ministre, et ses collègues. Je vous passe les détails, mais ce ne fut pas avant le 11 novembre que nous pûmes nous rencontrer. Ce 11 novembre 2001, New York pensait revivre le même cauchemar alors qu’un avion s’écrasait dans le Queen. Fausse alerte, soupirs de soulagement de ma conjointe. Mais c’est ce jour du 11 novembre 2001, alors que nous échangions sur les événements des deux derniers mois et ce douloureux 11 septembre que nous avions vécu chacun à notre façon, que fut conçue notre fille.

La vie, la vie! Un début, un milieu et une fin. Tout ce qui vient au monde finit par disparaître. Comme une respiration. Et tout renaît. Dieu merci.

Rien à ajouter. Si ce n’est que Mammouth a parfaitement raison. La vie est précieuse, elle arrive quand on ne s’y attend pas. Et c’est tant mieux.

2 réflexions au sujet de « Quand Mammouth me fait pleurer… »

  1. Et oui, dans ce tourbillon de souvenirs sur le 11 septembre, je pensais à cette histoire que tu m’as raconté. Comme quoi, au milieu de la mort, la vie aussi, surgit.
    Et pour fêter la vie, on a d’ailleurs décider d’organiser une sortie, ce dimanche avec quelques copines, qui comme toi et moi, ont des enfants qui ont eu 9 ans en 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>