Du jell-o dans le cerveau

Ça vous arrive? Nah, je ne parle pas de cet état comateux qui suit l’orgasme, ni même de cet état désespérant qu’est le rhume de cerveau. Nah. Rien de tout ça. Juste l’impression désagréable d’avoir du jell-o à la place du cerveau.

Je dois l’avouer: je suis une procastinatrice (teuse??) de première. Tant que je ne sens pas la pression me souffler dans le cou, j’étire le temps. Comme si pour fonctionner, mes neurones avaient besoin de sentir que c’est leur dernière chance. Comme si j’avais besoin de me sentir au bord du précipice: ce n’est qu’à cette condition que le magma informe qui me sert de cerveau consent à sortir de sa léthargie pour pondre le document promis.

Ça, c’est ce que j’ai pensé pendant des années. Probablement parce que la nature de mon travail – dans mon ancienne vie comme dans celle plus récente, faisait en sorte que j’étais toujours, ou presque, dans l’urgence et dans la réponse immédiate. Normal que j’aies appris à travailler ainsi, que je me disais. Mais, pour être tout à fait honnête, je dois admettre que même au secondaire, j’attendais à la toute dernière minute pour me mettre au travail. Et puisque ça me réussissait, je n’ai jamais vu la nécessité d’établir un autre mode de fonctionnement. Je pouvais compter sur deux atouts: une facilité à écrire (un prof de français m’a déjà dit que j’avais un don pour ne rien dire joliment!), et une mémoire exceptionnelle. Alors pourquoi m’en faire, hein?

En vieillissant, je dois reconnaître que ma mémoire n’est plus tout à fait exceptionnelle (vive les post-it et les listes d’épicerie!). Mais je crois être encore capable de ne rien écrire avec de jolis mots… La preuve, ce blog!

Mais j’ai aussi compris que mes neurones avaient besoin d’une période de latence pour produire. L’information s’organise dans mon subconscient, et quand la cloche sonne, bang! Elle sort! Souvent, à mon grand étonnement même.

Je dois produire un document dans le cadre de mes nouvelles fonctions. Depuis 2 jours, je brette, je tergiverse, je me demande si je serai capable d’en venir à bout. Ce n’est pourtant pas sorcier, mais je doute. De moi. De mes capacités. Et je me suis moi-même prise au piège en indiquant qu’il serait prêt pour lundi midi… Dieu merci, mon « boss » est absent aujourd’hui et ne se pointera pas dans ma porte de bureau pour s’enquérir de l’état d’avancement de mon dossier. Je me vois bien mal lui expliquer que mes neurones sont en période de latence et que mon cerveau se prend pour une platée de jell-o à la lime…

 

3 réponses sur “Du jell-o dans le cerveau”

  1. Bon, là, ça va faire. J’aimerais récupérer ma personnalité SVP. 🙂

    C’est fou hein???? 15 pages à pondre, 15 pages qui vont être décortiquées et débattues pour s’assurer que chaque phrase qui les constituent méritent leur place. Et moi, je fais ça en deux jours, la fin de semaine avant la remise. J’avais 3 mois!!! Je pense effectivement qu’il y a une période de macération, de réflexion nécessaire à certaines personnes (moi!). On a l’impression qu’on ne fait rien mais, en fait, on fait quelque chose. Notre inconscient fait le gros de la job. On a l’impression que c’est merdique et puis POUF! un A. On se dit : merde, gros coup de chance. Et on remet le coup, trois fois, trois A. Bref, je te dirais que t’a un processus de réflexion semblable au mien. Et dans notre cas, ce que certains appelent de la pensée magique, c’est juste qu’on est vraiment intelligents mais on fait pas exprès.. 🙂

  2. Ça m’arrive tout le temps en décoration….En tout en fait. Sauf que la santé pour ça, les nerfs solides et tout…ça ne va plus vraiment pour administrer mon penchant procrastinateur. J’ai découvert les joies de faire les choses à l’avance. J’en profite quand je peux. Mais coté création, je n’y arrive pas, blocage et trou noir. Ce n’est qu’à la dernière minute que je n’ai même plus en fait que la lumière jaillit.

  3. Un don pour ne rien écrire joliment…qu’elle belle tournure. Ce devait être un prof brillant!! Quant au Jell-O, si une seule mère de famille ne se sent pas comme ça régulièrement je serai épatée!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.