Les chroniques du patio Là où fleurent bon la résine de synthèse et le p'tit rosé estival

29 mai 2009

Rayon de soleil sur temps moche

Filed under: tranches de vie — Marie-Jose @ 20:37

Depuis une heure, je suis assise dans MON fauteuil, à lire, à vous lire, à relire. Toute la journée, il a plu. Temps moche, pays de cul, disait mon Mammouth ce matin.

Je suis exténuée. Littéralement exténuée. Deux allers-retours à Québec cette semaine pour aboutir peut-être enfin sur l’objectif recherché. Un souper avec de folles copines, comme dans nos jeunes années, à se mettre du homard jusque là et du rosé par-dessus. Une soupe dans une chambre d’hôtel parce que trop fatiguée pour mettre le pied dehors. Des boîtes pour entreprendre ma nouvelle vie lundi prochain. Des dossiers à terminer, des suivis à faire, l’intention d’attacher tous les fils avant de quitter pour laisser la place en ordre.

Ce matin, très tôt, un petit mot d’une collègue sur le bébelleberry  me remerciant de ma bonne humeur, de ma patience. J’ai répondu, en remerciant toute l’équipe que je quitte aujourd’hui, qu’il était facile d’être ainsi quand les gens avec qui on travaille ont le respect des individus et des choses bien faites. Que j’ai beaucoup appris à leur contact, tant sur les dossiers que sur l’esprit d’équipe. Et que je les laisse avec un réel pincement au coeur.

Une des réponses m’a touchée: mon adjointe, qui en a vu d’autres et qui prendra sa retraite l’an prochain, m’a remerciée de lui avoir prouvée qu’une gestionnaire femme, peut être plus humaine qu’un homme et obtenir autant sinon plus de résultats. Ça m’a fait réfléchir sur notre façon d’exercer l’autorité.  Et sur mon évolution par rapport à mon style de gestion.

Quand je suis devenue « boss », j’avais eu la chance d’avoir eu de grands modèles de patronne différents. Une avait fait sa place dans un monde exclusivement masculin et gérait comme un gars. À la dure.  L’autre, travailleuse sociale de formation,  gérait comme une femme, mais malgré toute sa compétence,  n’a pas toujours été reconnue publiquement à sa juste valeur. Une femme juste, exigente, mais toujours à l’affût de l’humain derrière le dossier. Les deux obtenaient des résultats, les deux ont su s’attacher leurs équipes.

Ces deux modèles  m’ont inspirée, mais pas toujours au bon moment. Le stress, la pression d’être à la hauteur ont fait de moi une excellente « livreuse », mais une mauvaise gestionnaire à mes débuts. Et malheureusement, ce sont mes employés qui en ont souffert. Je ne le savais pas à l’époque, mais avec le recul, je réalise les erreurs. J’en suis désolée.

Ma patronne me disait que nous avons tous des styles d’apprentissage différents, qui peuvent se regrouper en trois grandes catégories. Pour bien illustrer, elle me faisait l’analogie avec le fait d’apprendre à naviguer sur un voilier. La première catégorie d’apprenants va tout lire, consulter des documents, visionner des films, bref se documenter avant même de monter sur le voilier, et ne le fera qu’en étant sûr de maîtriser la théorie parfaitement. La seconde catégorie va lire un peu, mais surtout engager un capitaine pour apprendre avec lui, sur le bateau, en se faisant guider. La troisième, dont je suis, va monter sur le voilier, se cracher dans les mains, se dire qu’on apprend en le faisant et qu’au pire, on se retrouvera dans la flotte. Sans veste de sauvetage, évidemment…

C’est ainsi que j’ai abordé la gestion des ressources humaines.  Me suis retrouvée plus d’une fois la tête sous l’eau, à chercher mon air. Avec le temps, j’ai compris la nécessité de la veste de sauvetage, et j’ai développé ma capacité à naviguer en gardant l’oeil sur l’horizon.

J’en suis à me demander si vraiment les femmes « gestionnent » différement, ou si ce n’est pas que lorsque le métier entre, on le retient mieux? Vous en pensez quoi?

Je ne suis pas parfaite, et j’en ai encore à apprendre. Mais des témoignages comme ceux d’aujourd’hui, c’est un rayon de soleil sur du temps moche et gris. Comme celui qui vient de sortir dans la cour.

4 commentaires »

  1. Bonjour,

    Votre billet m’a touché puisqu’il m’a remémoré les moments ou j’ai quitté mes équipes et se sont toujours des instants chargés d’émotions où s’entremêlent l’excitation du nouveau défi qui nous attend et la tristesse de quitter des gens qui nous apprécions.

    Votre question sur la «gestion féminine» est intéressante et elle intéresse de nombreux chercheurs.

    Pour ma part je n’ai pas remarqué dans ma pratique une différence si marquée entre les femmes gestionnaires et les hommes.

    Par contre, dans mon domaine j’observe une féminisation de la gestion. Que l’on me comprenne bien, ce terme n’est pas péjoratif bien au contraire. Ce que je veux illustrer c’est que l’évolution des pratiques ressources humaines nous amène à nous intéresser davantage aux humains et à leurs émotions.

    L’expression des émotions et le ressenti étant considéré davantage comme étant féminin, c’est pour cette raison que je parle de féminisation de la gestion.

    Est-ce les femmes gestionnaires qui ont amorcées ce changement où tout simplement l’évolution naturelle des choses, je ne sais pas.

    Par contre, il est clair que je connais des femmes directives et des hommes très sensibles à leurs équipes et vice-versa. Le sujet continuera à susciter de nombreux travaux de recherches.

    Très beau blogue, bonne continuation.

    Commentaire by Gestionnaire Borg — 30 mai 2009 @ 09:20

  2. Hum… J’ai pas d’employés, j’ai des enfants, beaucoup d’enfants. J’accouche chaque année d’un nombre différent mais qui toujours oscille entre 20 et 25.
    Les problèmes de gestion se posent malgré tout et demeurent la variable la plus importante de mon travail.
    Mais une chose surpasse tout le reste en importance: le lien que j’établis avec ces enfants. Tout le prouve, le quotidien, les études, l’expérience, la mienne et celle de mes pairs.
    Alors si en éducation le lien est la chose la plus importante pour faire évoluer un enfant et lui faire atteindre ses objectifs, je ne vois pas pourquoi ce serait si différent avec les adultes.
    Ce qui m’amène à dire que te connaissant, tu l’as l’affaire!

    Commentaire by bibconfidences — 30 mai 2009 @ 09:21

  3. @gestionnaireborg: je ne crois pas non plus qu’il y ait une manière féminine de gérer, ou que les hommes soient moins attentifs aux émotions. Je crois qu’on part de notre propre bagage. Gérer, c’est accepter de prendre des risques, dont le premier est la transparence. Merci de votre passage, et gênez-vous pas pour revenir, on est pas sorteux!
    @Bib: ton objectivité à mon égard ne cesse de m’étonner! :-)

    Commentaire by Marie-José — 30 mai 2009 @ 13:34

  4. beau billet, comme toujours – je voulais surtout te dire que je vais penser à toi dans des nouvelles fonctions ce matin… et je crois qu’il y a des différences dans la façon d’aborder les choses entre les femmes et les hommes. Ceci étant dit, le mélange des 2 façons est sûrement la plus réussie. Et je ne peux m’empêcher de me dire des fois que gérer, c’est un peu pareil à gérer un groupe de garderie… loll 😛

    Sérieusement, je dirais que le gros changement vient du fait qu’on gère des gens qu’on engage pour leur intelligence, leur professionalisme, et pas pour en faire des robots. Il faut apprendre à composer avec ce beau monde-là et les amener à faire plus, mieux…

    Commentaire by Tounette — 1 juin 2009 @ 08:43

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URL

Laisser un commentaire

Powered by WordPress