Le grand départ

Les valises sont bouclées, l’aspirateur est passé (tellement essentiel de faire le ménage avant de partir… pour que seul le silence de la maison en profite!), et je suis là sur mon canapé à regarder s’égréner le temps qui n’en finit plus de ne pas vouloir passer. Avec pour seule pensée la question qui vous torture : « Qu’ai-je pu oublier? ».

Quel moment privilégié que celui qui précède la montée en voiture pour le grand départ en vacances? Pendant quelques jours, la maisonnée a ressemblé à un souk après le passage d’un typhon. Des fringues partout, des jouets par-dessus, des lessives car il est indispensable d’emmener la dernière jupe qu’on s’est achetée et que l’on a mise la dernière journée au bureau pour bien montrer qu’on était prêt à partir. Et puis sur la liste, l’indispensable … qui fait 4 pages.

Et puis tout doucement, la maison est rentrée dans l’ordre, les fringues dans les valises, les jouets rangés, la vaisselle propre (on se sait jamais qu’on ne revienne pas, que penseraient les voisins, c’est un peu le même non-dit que la culotte trouée qu’il ne faut jamais porter car on ne sait jamais ce qu’il peut arriver!) et enfin, je suis là sur ce canapé.

Dans quelques heures, je serai arrivée sur le vieux continent en train d’embrasser papa et maman que je n’ai pas vu depuis 2 ans. Je suis fébrile. Je les aime tant. Je nous revois avant et j’imagine nos retrouvailles. Une larme au coin de l’oeil, un sourire au coin des lèvres lorsque tout à coup, mon petit homme me tire par la manche : « Dis maman quand est-ce qu’on s’en va? » avant le sempiternel « Dis, quand est-ce qu’on arrive? ».

Le temps s’accélère soudain. Vite une dernière vérification : les passeports, les billets d’avion, le maillot de bain, l’appareil photo et puis les valises dans l’auto, la route, l’aéroport, la douane, l’embarquement, les enfants qui crient d’excitation, moi presque indigne qui pense « pourvu qu’ils dorment » lorsque soudain un étau sur le coeur, je panique : « Mais qu’est ce que j’ai donc pu oublier? »

Ce contenu a été publié dans tranches de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le grand départ

  1. T’as rien oublié, belle Isa! Et que je te vois nous oublier nous pendant ton séjour!
    Je t’embrasse, et j’embrasse les petits. Fais attention à toi, éclates-toi et reviens-nous pleine de ta belle énergie!
    Je t’aime, amie Isa…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>