Ben parlons-en!

Martineau en parle dans sa chronique d’aujourd’hui. La copine bibitte en parlait récemment sur son blog. Et avec l’odeur d’élections dans les airs, le sujet sera sûrement à l’ordre du jour d’ici peu.

Ouais. Parlons-en. Les fameuses garderies à 7$. Martineau soulève la question de pourquoi étendre un programme destiné à permettre aux personnes démunies de la société d’avoir accès à des services de garde à faible coût à tout le monde, même ceux qui gagnent très bien leur vie? Bibitte la soulève dans l’autre sens: pourquoi permettre à ceux qui ne travaillent pas d’avoir accès à ce service, alors que des milliers de parents doivent s’en remettrent au privé, faute de places?

Mon point de vue personnel? Évidemment, utilisatrice de services de garde subventionnés, je parle pour ma paroisse. So bare with me!

Oui, je fais partie des privilégiées qui ont un bon revenu familial. Oui, je paye le même prix que quelqu’un qui fait le tiers de mon salaire. Sauf que la personne qui fait le tiers de mon salaire ne paie pas d’impôts, alors que je vois mon revenu amputé de 54%. Je n’ai qu’une allocation ridicule (ça coûte probablement plus cher imprimer le chèque que ce qu’il représente – 11,29$ mensuel), je ne reçois aucun remboursement de TPS/TVQ, je n’ai droit à aucune déduction fiscale pour enfants, etc… Et sur le magnifique chèque de 100$ que m’envoie chaque mois monsieur Harpeur, j’en retournerai le trois-quart, parce que je suis « riche »….En bout de piste, et ma comptable pourrait le confirmer, je ne suis pas plus « riche » que la personne qui fait le tiers de mon salaire.

Oui, nous avons une maison. Pas luxueuse, mais confortable. Notre voiture a de l’âge et du millage. Je n’ai pas à calculer pour faire l’épicerie, mais y’a des fins de mois plus difficiles que d’autres. Nous n’allons pas en voyage. Nous ne nous payons pas de sorties luxueuses. Nous n’en avons pas les moyens. Je ne me plains pas, comprenons-nous bien. J’énonce un fait.

Je serai prête à débourser davantage quand on baissera mes tables d’impôts. En fait, si le gouvernement a choisi d’en faire un programme universel, je ne vois pas pourquoi mon revenu aurait une incidence sur le prix à payer. C’est comme en santé. Comme en éducation. A une exception près, que je trouve ridicule: en éducation, le gouvernement ne m’empêche pas d’envoyer mes enfants à l’école privée et d’en payer le prix. Or, ma garderie subventionnée sera bientôt mise à l’amende parce qu’elle charge plus que le 7$ étatique. C’est mon choix de payer plus. C’est le choix de l’ensemble des parents d’enfants qui fréquentent cette gardo.

Le véritable problème des garderies subventionnées, c’est que le réseau n’arrive pas à fournir le nombre de places nécessaires. Et ça ne s’améliorera pas: on assiste, selon les spécialistes, à un mini bébéboum depuis l’introduction du nouveau congé de maternité/paternité… Le taux de fécondité des femmes québécoises surpasse même celui des femmes du reste du Canada…

9 réflexions au sujet de « Ben parlons-en! »

  1. Je suis dans la même situation et bien d’accord avec toi. Et c’est triste à dire, mais pour les parents à très faible revenu (sur l’aide sociale) qui envoient leurs enfants dans une garderie et prennent la place d’un enfant dont le parent travaille, il s’agit bien souvent du bien être de l’enfant qui est en jeu.

    C’est comme ça.

  2. Voilà qui fesse dans le dash chère Queen. Ouaip. On paye de l’impôt. Normal. Ce qui est indécent, c’est la façon d’être perçu comme un profiteur parce que tu as les moyens de payer de l’impôt. Ubu serait content… Hors, une garderie, c’est un service essentiel pour les travailleurs (euses, s’cusez-moi). Puisque ce sont eux, qui justement, paient de l’impôt!

    Bon, bref, je suis pour des frais de garde qui ont de l’allure, baptême! Pousse mais pousse égal. Et j’adoooore quand vous vous indignez! Ça vous va si bien.

    Et la rumeur veut qu’il n’y ait pas d’élections avant l’automne… Pas au fédéral en tout cas.

  3. @ Sarah-Émilie. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Pour avoir travaillé longtemps avec les clientèles à la sécurité du revenu, je suis pour que ces enfants bénéficient le plus tôt possible d’une stimulation qu’ils n’ont pas à la maison. Mais évitons de généraliser: tous les BS ne sont pas des ignares, et toutes les médames riches ne sont pas des profiteuses…:-)

  4. @ chroniques blondes: on se pratiquera à voter d’abord au provincial…:-) Et si on aime ça, on recommencera à l’automne avec l’autre gang. Et puis, une fille a le droit de rêver, non? Même qu’elle a le droit d’allumer les gros lampions à 2$, non?

  5. Si tu savais comme je suis d’accord avec toi! Ici aussi on a un bon revenu et j’ai l’impression qu’on est perçu comme des abuseurs de système quand on utilise des services publics!

    Avant d’avoir des places dans les garderies à 7$, on payait 1000$ par mois de gardienne, dont le 3/4 en dessous de la table! Si l’on se souvient bien, très peu de bonnes gardiennes acceptaient d’émettre des reçus!

    D’un côté, on payait les dettes d’études et de l’autre les gardiennes! Adieu l’accès à la propriété!

    Franchement, les garderies à 7$ ont changé notre vie pour le mieux!

  6. C’est étrange de lire ça au moment où on apprend que la ville de Montréal vient de hausser les coûts de stationnement à 3.00$ pour une heure…Quand même, quand on y pense, ça coûte plus cher à la journée de stationner son char que son enfant… Et je ne vous parle pas des parcs autos. Drôle de vie quand même non?

  7. En lisant le ton article je me suis posé la question suivante : Combien de bidous par année faut-il faire pour être un « riche ». Plus je repense à la question Je trouve difficile d’y répondre. Une famille qui ont un revenu familial de 100 k/année, mais qui ont 4 enfants… sont-ils riches? Un célibataire sans enfant qui fait 40 k/année est-il riche? Une famille de 4 (2 enfants 2 adultes) qui ont un revenu familial de 40k/année, mais qui ne payent pas d’impôt (ou presque) et reçoivent le maximum de prestation sont-ils des « pauvres »….

    Pas facile d’y répondre…

    Pour ma part je suis sensiblement dans la même situation financière familiale que toi, pas riche n’y pauvre. Le fait d’avoir une garderie à 7$ nous permet de se gâter une fois par mois (gardienne + resto + sortie) et cela, sa n’a pas de prix! Et te lire m’a fait le plus grand bien!

  8. @Elliot: mon point exactement. J’en peux plus d’entendre le fameux « faisons payer les riches »… Les statistiques démontrent que seulement 2% de la population québécoise gagne plus de 100,000$ par année…. ca fait pas grand monde à faire payer, ça! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>