Encore une fois

32 morts. 32 morts inutiles. 31 vies fauchées par un fou furieux armé. Peu importe les raisons, peu importe la psychologie du tueur, peu importe. La facilité avec laquelle on peut se procurer des armes me tue. Et que la première réflexion du président américain soit qu’un tel drame ne remette pas en cause la liberté de posséder des armes à feu me tue encore plus. Faut dire que quand on est prêt à sacrifier plusieurs milliers de soldats au nom dont ne sais trop quoi, on doit pas être très ému par 31 innocentes victimes. Comment on fait pour se regarder dans le miroir le matin, quand on met la liberté de posséder des armes à feu en priorité devant la vie humaine? Comment on se sent? Puissant? On top of the world?

Je sais, vous me direz que le registre canadien des armes à feu n’a pas empêché Dawson. Mais peut-être que si le registre n’existait pas, ce n’est pas qu’un seul événement comme celui-là que nous regretterions. Ou peut-être que dans les faits, ça ne changerait rien. Mais quand des événements comme celui d’aujourd’hui arrivent, j’ai besoin de croire que nous sommes différents des américains. J’ai besoin de croire que nous avons une petite, toute petite protection contre la folie humaine. Pour l’instant, nous sommes différents. Mais pour combien de temps?

Comme dit le gars du 450, « c’est bien difficile de tuer 31 personnes avec un tire-pois ».

Ce soir, je chanterai une chanson de plus à ma merveilleuse merveille. Parce qu’un jour, une mère a chanté une chanson à son enfant, et que ce soir, cette mère ne comprend pas pourquoi son monde a éclaté en milliards de morceaux ce matin…

Ce contenu a été publié dans Coups de gueule. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Encore une fois

  1. Louis dit :

    Bien d’accord avec vous.

    C’est vraiment incroyable cette histoire. À mes yeux ça démontre l’état avancé de décomposition du tissu social aux États-Unis. Les gens sont seuls, ils subissent… et « Bang » quelqu’un explose!

    J’ai écrit un texte semblable sur mon blogue si ça vous intéresse.

  2. Stéphane Z. dit :

     »Certainly, bringing a gun into a school dormitory and shooting … is against the law and something someone should be held accountable for, »

    On voit immédiatement que le gouvernement est prêt à sortir une loi qui a des dents pour éviter que ça se reproduise…

    Pour revenir sur le registre canadien : la mise en place d’un système, même imparfait, c’est un début, c’est une structure sur laquelle se baser, même si ça n’empêche pas tout. Mais visiblement il est plus important de pouvoir faire de la « chasse sportive » et autres activités de haute voltige…

  3. Tounette dit :

    C’te vieux fou-là, il a pas de bon sens. Je refuse de croire que les Américains sont d’accord avec lui. Et cette nouvelle tragédie, ça me fend le coeur sans bon sens. Le registre des armes à feu, j’y crois encore. C’est une question de principe.

  4. Édouard dit :

    On serait rendu à 33! Espérons que ça ne grimpera plus.
    Tout de même paradoxal de penser que les armes à feu doivent circuler librement dans un pays libre et conclure, comme ça semble être le cas présentement, d’après ce qu’on lit dans les journaux, que ça prend un détecteur de métal à la porte de chaque classe accompagné d’un garde armé pour assurer la sécurité dans les écoles. Ne me semble pas la solution la plus simple, ni la plus efficace.
    Espérons que cette tragédie va permettre aux Américains d’avoir un débat de fond sur l’article 2 de leur Constitution et qu’il ne sera pas nécessaire que se produisent d’autres événements, avec des chiffres encore plus épouvantables que le 33 actuel. Je crains qu’on ne s’enfonce encore d’avantage dans la paranoïa et que ça ne justifie encore plus d’arme en circulation libre dans la société pour se protéger des tueurs fous. On va finir par revendiquer le droit au port d’arme en classe pour se défendre. Quelle tristesse.

  5. Tu chantes une chanson à ta merveilleuse merveille ?.. C »est encore la meilleure façon de combattre cette folie.

  6. Mireille dit :

    Et que dire de la réponse d’un représentant du lobby pour les armes aux États-Unis. Si tout le monde avait eu une arme, il n’aurait pas pu en tuer autant, il se serait fait abattre avant (c’est dans mes mots mais ça résume son propos). Les fous ne sont pas tous à l’asile…

    C’est d’une telle tristesse, on vit dans un monde de fous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>