Le mauvais sort

L’atmosphère est lourde, le temps moche. Merveilleuse merveille est à la limite du supportable, à ne pas pouvoir jouer dehors ou avec des amies de son âge. Et sa maman n’a plus grand patience, alors elle laisse passer beaucoup trop de Télétoon (pourquoi diable ai-je oublié les DVD???). Nous sommes en attente, et je déteste attendre.

Et puis, comme pour prouver que quand ça va mal, ça peut toujours aller plus mal, voilà que Mammouth, parti ce matin tôt pour venir nous rejoindre avec les grands, est arrêté en plein milieu du Parc des Laurentides, par un accident de la route majeur. Lui aussi attend, et lui aussi déteste attendre. Heureusement, eux ils ont pensé aux DVD!

Alors que je tentais de prendre les nouvelles pour voir si la situation s’améliorait, je suis tombée quasi en direct sur l’annonce de la mort de la mairesse Boucher. Annonce qui me peine beaucoup. On pouvait aimer ou non le personnage, mais elle aura fait beaucoup pour les femmes en politique, en cassant le moule du jeu de la séduction, pour se battre à armes égales au plan des idées. Et il faut reconnaitre que sa victoire à la mairie de Québec, en 2005, avec un budget ridicule (+ ou – 5,000$ !) avait quelque chose de David contre Goliath!

Depuis, j’écoute les témoignages qu’on lui rend, en me répétant qu’on est toujours tellement plus fin mort que vivant! Tiens, on vient même de vanter son style vestimentaire…

Et encore une fois, je vais chialer contre les médias: est-ce bien nécessaire de nous remontrer, ad nauseam, le trajet de l’ambulance entre la résidence de la mairesse et l’hôpital Laval? Ça apporte quoi, à l’information ça? Si c’est juste pour faire du « filling », je préfère son image de cowgirl à Calgary!

4 réflexions au sujet de « Le mauvais sort »

  1. Moi aussi je préfère la cow girl de Calgary. Anytime. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Madame la mairesse a vécu de façon flamboyante. Pour nous (enfin moi) les femmes qui passont notre temps à nous excuser de tout et surtout d’exister, son panache m’a fait sourire souvent. Je crois qu’elle a vécu la vie qu’elle voulait vivre. Ça vaut bien des vies peut-être plus longues mais pleines de regrets…

    À part ça, courage.

  2. Des fois je m’imagine à penser à ce qu’on dira de moi morte. Ce sera beau assurément, comme tu dis, on est toujours plus fin mort que vivant. Des plans à ne pas se forcer à être fin pendant qu’on y est, dans la vie.
    Cette femme était authentique, qualité suprême à mes yeux.
    Think of you.

  3. Bonjour Marie-Josée

    Je suis totalement en accord avec vous pour ce qui concerne les chaînes de télévisions. Avec tous les évènements de cette semaine, nos bulletins de nouvelles se transforment en films de Dracula médiocre, avec des reprises à outrance qui finissent par devenir obscènes. Pour ce qui de Mme Boucher, j’avoue que malgré les apparences, cette femme dégageait une force de caractère que beaucoup d’hommes politique auraient intérêt à imiter. Je trouvais drôle l’intervention de notre bon maire Tremblay, qui faisait l’éloge d’une femme qui en avait plus que lui dans les pantalons. Bref la vie est objet très fragile dans les mains pas toujours habiles du destin.

    Bonsoir à vous tous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>