Après l’âgisme, le gnagnanisme

Conversation intéressante avec un collègue ce midi. Sur la vie, le bonheur, le frette, l’amour et les enfants. Et sur la façon d’absorber les coups durs.

Je lui racontais qu’un jour, j’ai décidé de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Bien sûr, ça demande un effort, la nature humaine étant ce qu’elle est. Et la vie a le don de vous remettre, deux fois plutôt qu’une, le nez dans le caca, le vôtre ou celui des autres. Être reconnaissante, ce n’est pas nécessairement facile tous les soirs. Mais l’alternative, c’est d’être en maudit la moité du temps, et en dépression l’autre moitié. C’est toute la différence du monde entre être la victime des circonstances ou être en contrôle, pas sur les événements, mais sur comment on réagit. Il fût une époque ou je me complaisais dans mon malheur – réel, inventé ou appréhendé. Je rêvais d’être la Dame aux Camélias, mais hélas! plus personne ne meurt de consomption de nos jours!

Au fil de la conversation, j’ai eu un doute. « Qui essayes-tu de convaincre? Collègue ou toi-même? » me soufflait ma petite voix intérieure. À partir de quand l’optimisme cède-t-il la place au gnagnanisme? Suis-je en train de devenir gnagna à force de décider de ne voir que le verre à moitié plein? Serais-je en train de devenir jovialiste sans le vouloir? Vais-je entreprendre une seconde carrière comme « motivatrice, calvasse de calvasse »?

J’ai pas convaicu collègue, mais je reste profondément convaincue que la seule chose sur laquelle j’ai un certain contrôle, c’est la façon avec laquelle je fais face. La marge est mince, et je devrai demeurer vigilante pour ne pas devenir gnagna. Déjà que je suis sur le point d’être vieille…Une vieille gnagna, est-ce mieux qu’une vieille chiâleuse? Pas sûre…

5 réflexions au sujet de « Après l’âgisme, le gnagnanisme »

  1. Ahhh une vieille gnagna ! Ça te vas bien. Je serai la vieille chialeuse, question d’équilibre. 😉
    Autrement, je suis parfaitement d’accord avec toi. On a du controle que sur soi-même et notre façon d’aborder la vie.

  2. Je crois que pour le conjoint, les enfants, la famille, les collègues et… pour le teint, une vieille gnagna c’est mieux qu’une vieille chialeuse!!!

  3. Je pense, enfin, dans mon cas, que ça dépend de ce qu’il y a dans le verre. Il y a 17 ans, si j’avais décidé que j’étais heureuse avec mon verre à demi-plein je n’aurais pas connu mes deux magnifiques et terribles adolescents, ni l’homme qui partage une partie de ma vie et tant d’autres choses…Certaines choses qui ne peuvent être changées doivent être prises avec un grain de sel et affrontées avec une attitude qui nous est propre et positive mais il y a des situations où l’on peut, en se battant, renverser la vapeur et en sortir différent et mieux. Entre le jovialiste et l’éternel mécontent il y a un espace où j’aime me retrouver. Le jovialisme recèle un brin d’égoïsme alors MJ désolée mais…comme y a pas plus généreuse que toi ta carrière dans ce domaine est fichue!

  4. @Véro: hum.. comment dire… gnagna c’est niais, mais en pire. Un genre de contraction entre niais et bébé. Enfin, tu vois le genre.
    @Bibco: me semblait t’avoir dit que la flatterie ne mène nulle part! Je ne suis pas généreuse, loin de là!
    @Hélène et La Fêlée: ouais. Si j’ai le choix, et uniquement pour mon teint, je me contenterai d’être gnagna :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>