La buanderie

À force de vivre dans son petit confort de banlieue, on oublie la réalité des autres. La dure réalité, la laide réalité, l’autre réalité.

Depuis dimanche, notre laveuse a décidé de faire la grève du « spinnage ». Un peu embêtant quand on est 5 dans une maison et qu’on a pas lavé depuis des jours. Comme la guerre est engagée avec le service à la clientèle du magasin ou nous l’avons acheté (elle a manqué 3 fois en 4 ans, et j’en ai marre de payer une garantie prolongée qui coûte 3 fois le prix d’achat!) et que la meilleure arme dans ce dossier est la grand-mère pitbull pour ces choses-là, nous avons choisi de donner la chance au coureur plutôt que d’appeler un réparateur anonyme. En conséquence, le choix était clair:  trouver une buanderie publique ou mourir étouffés sous le panier à linge débordant.

Certains d’entre vous avez peut-être l’image un peu romantique de la buanderie « in », avec services sans-fil et latte à la vanille. La buanderie de cinéma, ou la clientèle se fait discrètement du charme et des yeux doux en pliant d’affriolants dessous. Moi-même, qui ai cessé à la fin de mon université de fréquenter ces endroits  enchanteurs décrits à une certaine époque comme la Mecque de la chasse à l’Homme , j’avais développé une image quasi mythique de ces lieux.

Dure réalité. Dans mon coin, la buanderie a tout de la piquerie ou presque. Un dimanche matin blafard, des rangées de laveuses industrielles, des sécheuses qui ont connu de meilleurs jours et une clientèle à l’avenant. Équipée de mes rouleaux de 25 sous, de mon Tide sans phosphate et d’une humeur de dimanche matin, j’ai passé la porte d’un monde à mille lieux de mon quotidien aseptisé.

Pas l’endroit pour sortir la biographie de Paul Martin, que j’ai remis stratégiquement dans le fond de ma sacoche. Et pas l’endroit non plus pour engager la conversation: trois autres clients, dont un qui entretenait un dialogue soutenu avec sa bouteille de savon, un autre qui avait l’air d’avoir mangé du chien enragé pour déjeuner et un troisième qui semblait avoir beaucoup de plaisir à faire craquer ses jointures.

Alors qu’il ne restait que 8 minutes à mon cycle de rinçage – c’est quand même chouette, une laveuse qui vous indique le temps qui reste à votre brassée! – le monsieur qui discutait avec sa bouteille de savon a élevé la voix et s’en est pris à monsieur jointures qui, semble-t-il, regardait d’un oeil concupiscent sa laveuse. Le ton a monté et le tout s’est soldé par la rencontre du nez du premier avec le set de jointures du second…

J’y suis retourné aujourd’hui. C’était plutôt vide, jusqu’à l’arrivée d’une dame qui s’est mise à japper au téléphone sur une histoire de grosse torche  qui tournait à l’entour de son chum, de loyer impayé, de comptes de cellulaire, de party de Noel pis de la brosse de la veille. P’tite vie, p’tite misère. J’ai échangé un coup d’oeil avec une jeune étudiante regardant tourner les bavettes de son bébé, tout en lisant « les fleurs du mal » de Beaudelaire.

Pourtant, je ne suis pas snob. Je n’habite pas un château, j’ai habité des quartiers défavorisés, j’ai travaillé à la sécurité du revenu sans pitié, mais sans lunettes roses non plus pour la réalité des démunis. Me suis-je embourgeoisée? Il vient d’ou, mon malaise? De mon incapacité à pouvoir réellement faire quelque chose pour ces gens qui ne sont pas démunis que financièrement, mais socialement? De l’ampleur de la tâche ou du constat que malgré la bonne volonté, nous perdons la lutte à la pauvreté un peu plus chaque année? Depuis quelques jours, les pubs de la Grande Guignolée passent en boucle, les banques alimentaires crient au secours, et les grosses boîtes pour recueillir les dons sont installées à l’entrée des épiceries. On se donne bonne conscience à la mesure de nos moyens… et on oublie jusqu’en décembre prochain.

Peut-être au fond que ma laveuse voulait m’envoyer un signal? Qu’il est temps que je sorte de mon confort et que je recommence à me questionner sur ce que je peux faire, au quotidien?

Ce contenu a été publié dans tranches de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à La buanderie

  1. bibco dit :

    Moi je ferais une brassée à la javel avant…Mais là n’est pas mon propos le plus sérieux. Alors pour répondre à ta question qui est aussi la mienne vu que je vais répondre pour moi, mon implication future est sans le moindre doute l’oeuvre du docteur Julien. Je ne sais pas quand, ni comment, mais dès que mon bébé de quinze ans
    aura un ou deux ans de plus, je vais tenter de le convaincre que je pourrais lui être utile pour les enfants. Comme prof d’abord, ce serait ce que je pourrais offrir de mieux, ou alors, comme tout ce qui conviendra là.
    Chiao

  2. Johanne dit :

    Après nous avoir fait rire avec une description de la situation dont toi seule est capable, tu nous amènes à une réflexion beaucoup plus profonde sur notre contribution à la société. Pour faire suite au commentaire précédent concernant l’oeuvre du Dr Julien, le livre « Ces enfants que nous aimons tant » est un magnifique recueil de photos et de témoignages de personnalités concernant la vie de famille. À l’approche des fêtes, c’est un beau cadeau à donner tout en faisant oeuvre utile puisque les profits de la vente de ces livres sont versés à la Fondation pour la pédiatrie sociale du Dr Julien. Pour lire le communiqué : http://www.pediatriesociale.org/documents/Communique_Cesenfantsquenousaimonstant_14-04-2008.pdf

  3. Minerve dit :

     »… à monsieur jointures qui, semble-t-il, regardait d’un oeil concupiscent sa laveuse » Lollll, l’utilisation du mot  »concupiscent » m’a fait bien rire, dans le contexte.

    Lire du Baudelaire en attendant que sa brassée soit finie… La classe. :) J’aime bien Baudelaire aussi (j’ai une morbide fascination pour lui, plus que pour son oeuvre, je crois). Il me renvoie à des tas de trucs et d’interrogations personnelles.

    Concernant le fond de ton propos, je dois dire avoir trouvé très intéressant de nous amener là, alors que ça aurait pu simplement être une tragi-comique anecdote de buanderie.

    Je n’ai pas vraiment de réponse à tes interrogations, tout ce que je sais, c’est que je prends les transports en commun régulièrement et ça m’arrive d’être confronté à la misère humaine.

    Je ne sais pas trop comment réagir, car ma première réaction (outre le dégoût si la personne a l’air vraiment sale et/ou pue), c’est d’être déprimée par cette vision. Alors, je détourne le regard. Est-ce lâche? Peut-être… mais en même temps, j’ai comme l’impression que les gens doivent avoir un peu de dignité, de fierté. Je sais que c’est pas évident et tout, mais voilà comment je le ressens…

    Il y a aussi le fait que j’aime bien être  »dans ma tête » lorsque je suis dans les transports en commun, dans cette période de la journée où je ne peux rien faire d’autre que regarder dehors/lire/écouter de la musique ou simplement réfléchir à plein de trucs, laisser vagabonder mon esprit (la dernière option est ma préférée). Donc, le fait de voir ces gens-là me ramènent à des trucs déprimants, négatifs, me ramènent peut-être aussi à des choses moins l’fun dans ma vie aussi…

    Ouf, désolée pour la mini-séance de psychanalyse, mais je trouvais le sujet fort intéressant. Te voilà quitte pour un long commentaire. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>