Faudrait pas penser

… que je boude parce que l’échéance approche. Ou que je n’écris rien à force de me retenir de ne pas commenter l’actualité (les grèves étudiantes, l’affaire Turcotte, les budgets, les pannes de métro/train, etc, etc, etc.). Je n’écris pas, mais vous vous doutez bien que je n’en pense pas moins!

Non, si je n’écris rien, c’est que mars, c’est la fin de l’année financière. Exceptionnellement difficile, cette année. Le climat d’incertitude qui règne parmi les troupes, les fermetures sauvages d’entreprises à Montréal, les clients qu’il faut presque supplier à genoux pour qu’ils produisent leurs réclamations, bref, y’a rien qui coule de source. Même plus les érables, avec cette température estivale.

Me suis quand même taper un petit plaisir aujourd’hui. Suis allée faire une visite en entreprise. Ça, ça me « regrounde » toujours sur le sens de mon travail. La vraie raison pour laquelle je peux endurer tout le reste.

Et puis, minette a enfin accouché. 6 petits minous, mignons comme tout. Qui ont déjà presque tous trouvé une famille aimante. Bref, la vie continue. Malgré tout.

 

 

2 réflexions au sujet de « Faudrait pas penser »

  1. C’est vraiment les impôts qui rendent ta vie si difficile? Tu sembles désabusée on dirait… Avec la température estivale qu’on a, et des petits chatons à admirer, j’espère que ton moral reviendra vite!!

    • Pas désabusée. Fatiguée plutôt. Les derniers mois ont été demandant, et les prochains le seront encore plus. Et puis, avouons-le, les symptômes de la pré-ménopause me rentrent dedans. Mais bon, l’été et le rosé finiront bien par arriver! :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>