Un vrai regard

Je suis, comme beaucoup de médames, en processus de perte de poids. Dans mon cas, c’est pas à prime abord une question d’esthétique, c’est une question de santé.Et tant qu’à être honnête, soyons le: c’est aussi beaucoup une envie de recommencer à me sentir belle.
Lentement mais sûrement *slowlé et shirley, mes deux nouvelles meilleures amies!* je perds ces livres qui ont envahi mon corps. Non, je ne suis pas une grosse heureuse! Pas que ça existe pas, j’en connais tout plein, mais définitivement, j’entre pas dans cette catégorie là. Mais je n’étais pas, je ne suis toujours pas une grosse malheureuse. J’étais une femme sans perception de son corps, qui ne portait plus que des vêtements « confortables »…
A ma première pesée, j’ai refusé que la dame me dévoile le chiffre. Dans ma tête, j’avais une petite idée, mais pas le courage de voir. Ca m’a pris 5 semaines avant de regarder dans le petit carnet. 5 semaines à dire à la dame: non, pas de chiffres, juste combien j’ai perdu.

Quand j’ai passé le cap des 15 livres, on a commencé à remarquer, autour de moi, que je perdais du poids. Et j’ai réalisé quelque chose: depuis des années, je ne regardais que mes yeux, dans le miroir. J’ai de beaux yeux *j’allais écrire magnifiques, mais ça fait un peu présomptueux, non?*, alors j’ai focussé là-dessus.

Depuis que j’ai atteint 19 livres, j’ai recommencé à regarder tout mon corps. Ho! pas longtemps. Pas encore dans tous les détails, et pas encore toute nue. Mais j’ai retrouvé un peu le plaisir de porter des vêtements ajustés et de ressortir mes jupes, parce que mes jambes, ben elles sont pas mal non plus!

Et ce soir, devant témoins (enfin, ceux qui liront), je me fais une promesse: je ne me perds plus de vue! Oui, j’ai de beaux yeux tu sais, comme disait Gabin, mais j’ai envie d’avoir également de beaux restes 😉

3 réponses sur “Un vrai regard”

  1. Moi il est impératif que je maigrisse! J’ai maintenant du mal à aller sous la douche, je me trouve moche, je n’ai pas envie d’avoir à toucher ce corps qui m’est désormais étranger…

    Être une grosse heureuse? Sans doute possible, pour moi ce serait de me mentir, de me mentir parce que finalement j’aurais honte de dire que je suis incapable de dresser mon corps de façons habile. Dire que je suis heureuse ainsi serait une façon de ne pas perdre la face, montre que je suis en contrôle, mais je ne le suis pas… Pas encore tout à fait!

    On lâche pas la patate!

  2. Tu sais que j’adore te lire ma chère Marie-José…

    et c’est vrai que t’as de beaux yeux… et pour le reste je te fais confiance…

    Slowlé et Shirley Loll Go Go Go… c’est tellement important de se sentir bien dans son corps…

  3. Nous avons tous des objectifs à atteindre et ce n’est pas toujours facile.

    Moi c’est à l’inverse: Je suis trop maigre, non pas parce que je mange pas mais parce que mon métabolisme est simplement trop rapide. Je dois manger plus, plus souvent, et suivre en entraînement. Objectif: 20 lbs en 3 mois. (Et contrairement à ce que certaines personnes pense, non, ce n’est pas pûrement dans un but esthétique, mais dans un but médical aussi… je doit renforcir le bas de mon dos et mes abdominaux pour réduire mes maux de dos).

    À la fin, peu importe l’objectif, c’est de s’apprécier pour ce qu’on est car au-delà du physique et de la santé physique, la santé psychologique dans l’acceptation de soi tel qu’on est, est extrèment important.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.