Retrouvailles

Ce mot m’était inconnu lorsque je vivais de l’autre côté de l’Atlantique car nous n’avons pas ce genre de traditions là-bas. Oh c’est sûr certains en organisent mais il s’agit là d’événements sporadiques. C’est pourquoi ma surprise fut grande lorsque j’ai été invitée à retrouver mes copines et copains de mon club de basket d’il y a 25 ans.

 Au début, j’ai paniqué… j’étais une des meilleures joueuses, un peu vedette sur les bords, allaient-ils me reconnaître? Mon corps athlétique a changé en vicieux bourrelets qui ne partent plus, que dire des rides, et plus profondément, de quoi allions-nous bien pouvoir parler après tant d’années? Serait-ce un fiasco?

Et puis, le grand jour est arrivé. La première que j’ai rencontrée fut ma meilleure amie à l’époque et passée la première larmette à l’oeil (tellement charmant lorsqu’elle a prononcé ses mots avec son accent chantant), nous sommes tombées dans les bras l’une de l’autre et oh miracle, nos filles également comme si notre amitié les liait aussi. Ce fut enchanteur. Les uns après les autres, nous avons évoqué des souvenirs tous retenus différemment : les premiers flirts (le mien est toujours aussi craquant et je suis heureuse d’avoir fait la connaissance de sa charmante famille), les premières larmes, les blessures sportives, les stages, etc, tout y est passé. Certes, tout le monde a vieilli mais notre complicité était là reliée par un ballon orange et dûe à un homme qui a su nous apprendre la solidarité, l’esprit d’équipe et l’envie de gagner (tiens j’ai même oublié que j’avais des bourrelets!). Sans cet homme extraordinaire, nous ne serions certainement pas les hommes et les femmes que nous sommes devenus. Pour beaucoup d’entre nous, il est le 2e père, celui qui nous écoutait, nous consolait et nous engueulait.

Tout cela s’est bien entendu terminé sur le terrain où notre maladresse nous a fait beaucoup rire. Ce match amical où les enfants nous ont accompagnés m’a attiré des larmes de joie et c’est avec le bonheur de nous avoir retrouvés que nous nous sommes quittés.

Merci Janot pour cette merveilleuse journée et pour les centaines d’heures où tu m’as fait suer! Tu tiens une grande place dans mon coeur et je sais que c’est grâce à toi si j’arrive à mordre ainsi dans la vie. 

 

2 réponses sur “Retrouvailles”

  1. Contemporaine: tant mieux si ce livre peut t’aider. Moi, il m’a fait réaliser des tas de choses, mais surtout, que mon chagrin m’appartenait et que j’y avais totalement droit.
    Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.