Les années se suivent

Et ne se ressemblent pas. L’an dernier, les fêtes avaient été un feu roulant d’invités, de visiteurs, de sorties, de bouffe d’enfer, de lavage de draps et serviettes.

Cette année, c’est le calme plat. D’abord parce que l’année a été difficile, il faut bien se l’avouer. Entre la maladie, l’angoisse d’un diagnostique difficile pour merveilleuse merveille, le deuil d’Oyé, un changement professionnel encore incertain, et malgré toute ma volonté de ne voir que le positif et d’en être reconnaissante, je finis l’année sur les genoux. Alors que les fêtes ne soient pas un tourbillon, c’est presque parfait.

Depuis hier, j’essaies de faire mon bilan de 2007. Une année de grands changements, mais pas sûre encore vers quoi. Une réalisation douloureuse de la fragilité des choses, de l’importance de profiter de chaque instant. Mais il n’y a pas eu que de grandes peines et de grands chagrins: 2007 a aussi été pleine de petits bonheurs, de joies, de moments parfaits. Les enfants sont en santé, l’école a transformé merveilleuse merveille, l’ado est devenue une belle jeune fille, et notre blondinet devient un dangeureux séducteur. L’avantage de tenir un blogue, c’est de garder une trace pour soi de ces petits moments qui contrebalancent le reste.

En relisant ce texte, j’ai ressenti la même émotion que cet après-midi là, assise sur un banc de la rue Beaubien.

J’ai aussi relu chacun de vos commentaires et je me suis passé une réflexion sur la qualité des gens qui sont intervenus ici. Je n’ai jamais été obligée de censurer qui ou quoi que ce soit et j’en suis ravie. Bloguer permet aussi de découvrir des gens qui autrement n’auraient jamais croisé ma route: je pense à Véro de Bordeaux, avec qui j’ai développé une « amitié virtuelle » à défaut d’une amitié réelle, parce que mutuellement, nos histoires de femmes nous ont interpellées. Je pense également à Marie-Hélène qui profite de son beau bébé tout neuf, la chanceuse. À Curieux Georges, dont les trop rares commentaires sont emprunts d’une grande humanité. À Sophie, qui m’émeut par sa ténacité et son courage. La Fêlée et son chum qui, s’ils n’étaient pas si loin, auraient été invités à souper il y a longtemps, ne serait-ce que pour gueuler ensemble un bon coup! À Hélène M. avec qui j’aurais sûrement beaucoup de plaisir devant un café, à La Marsouine, à qui j’envie la fougue et ses vingt ans, et M comme Maman qui sait de quoi je parle quand j’ai une crampe d’ovaire à la pensée du sublime Jim Cuddy…

Et c’est sans compter les copines « réelles » que sont Chroniques Blondes, les Martines (la banlieusarde et celle de l’autre rive), la bibitte de pissenlits, Madame Unetelle (qui nous cache des choses, semble-t-il???) Sarah-Émilie, Mère indigne et Pierre-Léon (bon, ce n’est pas tout à fait une copine, mais on argumentera plus tard sur le sexe des anges!), ma sage et si belle Bibco, mon Dr Papillon et le sage Stéphane Z et ma Mireille à moi. J’en oublies sûrement, et je ne veux pas commettre d’impairs. Tous et toutes, vos commentaires ont été essentiels dans ma détermination à continuer d’écrire.

Pour plusieurs d’entre vous, vous lire est devenu un moment important de ma journée: pour rire, réfléchir, m’émouvoir, bref réaliser que le monde ne tourne pas autour de mon p’tit nombril. Pour que vous puissiez, grâce à vos liens, m’emmener ailleurs, dans des univers tellement proches et si loin à la fois.

2007 aura été une année difficile, mais une année qui m’aura permis de grandir. Grâce à ma famille, à mes amis, grâce à vous. Oserai-je vous parler d’amour? Yup! Je vous aime, chastement, mais sincèrement.

2008 sera une année exceptionnelle, me prédisent toutes les madame Minou de ce monde. Et pour une fois, j’ai envie de les croire: elle sera exceptionnelle car vous m’accompagnez!

14 réponses sur “Les années se suivent”

  1. Bon repos, chère amie. Profites de ces précieux moments en famile et rêve doucement à l’année qui vient, qui sera probablement pleine de merveilles… de coups durs aussi parfois, mais… c’est ce qui fait le sel de la vie.

    Tendresse.

  2. C’est comme un honneur d’être sur ta liste d’invitations potentielles si. Je suis flattée mais en même temps, je dois être honnête et te retourner le compliment. Tu fais partie des personnes top qualité qui fréquentent mon chez moi virtuel, si si. Lire tes trop rares billets sont un plaisir et tes commentaires chez moi sont source de motivation à réfléchir à nouveau bien souvent.

  3. Bonne année 2008 à vous aussi, chère belle petite famille !!

    Nous relevons d’une gastro, mais quand nous ne serons plus contagieux, il faudrait songer se revoir !

    Portez-vous bien et au plaisir

  4. C’est gentil MJ, dans ce temps-là nous on a un truc, on invite nous-mêmes à souper et c’est l’autre qui se fait les kilomètres. Vous êtes libres quand pour venir gueuler dans la vieille capitale 😉 C’est gentil ce billet, mais ça la fêlée l’avait dit. Alors je me pousse, saluez le mamouth, la merveille, les deux autres merveilles, et belle-maman!

  5. Je vends la fougue en pot pour regarnir mon compte de banque, juste à passer une commande 🙂 C’est toujours agréable pour moi de venir passer une petite demie-heure sur le patio, en sirotant une bière ou un café, selon la saison. Merci pour les moments d’humanité et le courage d’aborder la controverse. C’est un plaisir de te lire et sache que le mien de patio est toujours ouvert pour une bière quand tu es de passage dans la capitale 🙂

  6. Étrangement je trouve souvent que les chagrins font apprécier d’autant plus les plaisirs. Pas que les chagrins soient bienvenus, mais ils ont quand même leur utilité positive disons. Pour 2008 que de la joie pour équilibrer 2007 un peu et encore plein de textes. Je commente peu, mais j’apprécie beaucoup.

  7. Oh ouiiiii qu’elle est finie 2007! Oh ouiiiii qu’on s’en souhaite une maudite belle pour 2008! Mes meilleurs voeux de bonheur, de beauté tranquille et de renouveau pour le mieux à tout le clan et surtout à vous, Impératrice!

  8. AMOUR! J’ai lu AMOUUUUUUUUUUUUUUUR et mon nom, là, là, là! Je t’en envoie aussi tout plein, va, et je t’en souhaite encore plus, toujours plus, même si je sais que malgré tout ce qui a pu coincer cette année, vous n’avez au moins pas manqué de cela.

    Plein d’amour, donc. Et puis tout le reste aussi de ce qui se souhaite pour la nouvelle année: prospérité, bonheur et paix. La maudite, là 😉

  9. Merci MJ, je te souhaite le bonheur en gerbes fleuries, en grappes généreuses et en étincelles éclatantes.
    Grosse, grosse année pour moi aussi, grosses décisions, gros changements, gros déménagement que je ne désire pas, mais bon, faut c’qui faut… Je continue aussi de lire ton bonheur ça fait du bien. Ce qui va de travers sera sûrement contré un peu par toutes ces pensées d’amis qui comme toi t’aiment tout court!
    Bonne année et bisous chez vous!

  10. Je pense qu’en lisant tous les souhaits précédents, c’est assez clair à quel point ta présence et ton blog sont importants et font du bien à plein de monde. Je te souhaite un 2008 plus serein, plus joyeux, plein de rire et de bonheur. En te lisant l’expression anglaise « growing pains » m’est venue à l’esprit (désolée, je ne trouve pas d’équivalent français). Des fois, ça fait mal… bonne année et au plaisir de te lire encore longtemps.

  11. Ma petite Marie-José, que dire après un si beau billet…?… Je suis là, ce matin, avec mes larmes qui coulent lentement sur mes joues….il pleut dehors… la voiture vient de quitter mon devant de maison il y a cinq minutes et d’emporter mes parents vers leur Normandie natale… j’ai ressenti un vide, je suis allée directement m’asseoir devant l’ordi alors que la table du petit dej attend de rejoindre le lave-vaisselle… je me suis précipitée vers toi, comme pour chercher un réconfort… comment pouvais-je savoir que tu avais écrit une si belle chose et que je tomberais dessus justement ce matin????? Comment se fait-il que je garde la lecture de ton blog comme un moment privilégié, rien qu’à moi, loin de la tourmente de la semaine que je viens d’avoir???? Comment fais-tu pour me donner autant d’amour et d’apaisement alors que tu es si loin de moi???
    Je te souhaite vraiment une très belle année, Marie-josé, à la hauteur de tout ce que tu sèmes autour de toi… merci pour tout ce que tu as dit, merci beaucoup…
    Gros calins à vous tous….
    Véro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.