Salmigondi du samedi

Décidémment, je ne me reconnais plus. L’âge? Une dépression saisonnière? Une malédiction voodoo? Doit bien il y avoir une raison…

Bon, vous le savez, je ne parle jamais politique. Ou si peu. Mais je commence à en avoir plein le dos d’entendre parler de la réforme… Pour, contre, c’est de la faute à Pauline, à Michelle, à François, à Jean-Marc… Ramenons la strape dans les écoles, enseignons-leur à bien écrire leur françâ pis ça finit là *dixit Mario!*… téka…Non, je ne suis pas complètement déconnectée de la réalité, oui je lis et j’entends les profs qui ne savent plus sur quel pied danser, mais je persiste à croire que l’éducation est une responsabilité partagée entre les parents et l’école. Et si le vrai problème était la démission des parents? À la première rencontre pour élire des représentants de parents sur le conseil d’établissement de l’école que fréquente merveille, nous étions 12 parents. Sur un potentiel 200… Cherchez l’erreur! Aux réunions du CE, pourtant ouverte aux parents et largement publicisées par le petit journal de l’école, AUCUN parent ne se pointe. Si les enfants sont indisciplinés, dissipés, violents, impolis, vous allez me faire croire que ce n’est qu’à l’école? Ça doit, hein!

J’avoues, l’histoire des compétences transversales me laisse plutôt froide. J’avoues, je suis de mauvaise foi. Mario me dira sûrement d’aller lire « la réforme pour les nuls » avant de continuer à parler à travers mon chapeau. Et il a raison. Mais ce matin, je n’exprime que mon écoeurite aigue. Pendant qu’on se chicance sur la suite des choses, les enfants, on en fait quoi?

Oui, je change. Après des années à écouter la télé le matin, depuis l’arrivée de merveille, j’écoute la radio – pour lui laisser ses émissions matinales. Depuis des années, je suis fidèle à Le Bigot et sa gang le samedi. Et bien ce matin, je sors du placard: depuis un mois, j’écoute Dutrizac! Autant le Dutrizac des francs-tireurs m’énervait presqu’autant que le Dutrizac des nouvelles de TQS, mais là, le samedi matin, il me fait rire… Ouais, je ne vois que l’hypothèse de la poupée voodoo pour expliquer ça…

Sur ce, je vais aller me frayer un chemin (maudite neige!!!!!!!!!!!!!!!!!) jusqu’à la voiture: merveille a un cours de danse ce matin…

10 réponses sur “Salmigondi du samedi”

  1. À la réunion largement annoncée par notre direction pour expliquer le nouveau bulletin aux parents il y a eu 7 parents. 7 parents pour les 2 directrices, les 2 orthopédagogues et 2 profs.
    Combien d’enfants fréquentent mon école? 700.
    Aujourd’hui je prends les plaintes des parents avec un grain de sel.

  2. Reunion de parent l’an dernier… j’yétais, avec la vague envie de lever la main pour être du comité…puis j’ai vu à qui j’avais affaire. Des parents qui prétendaient qu’eux, ils pourraient ramenner les affaires dans le droit chemin, eux, ils avaient ci et ça à l’école dans leur jeunesse et là, ils allaient servir la même recette à leurs enfants dans cette école, des parents qui eux, savaient exactement quoi faire et quand le faire. J’ai même pas levé la main, et je me suis pas pointé le bout du nez cette année à cette réunion. Oui les parents démissionnent, mais en plus certains de ceux qui persistent sont tellement convaincus de détenir la vérité qu’ils découragent ceux qui comme moi cherchent à participer, en équipe, ensemble, à comprendre, à écouter, et ensuite à améliorer.
    Ces parents convaincus de détenir la vérité, ce sont eux aussi qui, lorsque chérubin obtient une mauvaise note ou un mauvais commentaire, sont aux barricades pour expliquer au professeur comment faire son travail. Oui, je démissionne de l’école et c’est pas la faute de l’école. Ce sont mes semblables qui m’ent donnent le goût. Je fais mon travail de mère à la maison, en dehors des heures d’école. J’ai assez plein les bras à éduquer les enfants, je ne vais pas me mettre à avoir envie d’éduquer les parents en plus.

  3. Je ne sais pas pour toi, mais moi j’en ai ma claque de ceux et celles qui *miracle* nous pointent tous les problèmes de la Terre, mais sans nous suggérer aucune solution. Chialer pour chialer, ça va faire ! On s’en sortira pas si on ne fait que se taper dessus mutuellement. Ça prend une sorte d’entente (oui, je rêve en couleur), de la coopération, du respect et de travailler ensemble. Je sais, c’est pas demain la vielle… mais c’est la même histoire dans les écoles et dans d’autres domaines. C’est toujours la faute du voisin. Maudit voisin ! Qu’il fasse donc quelque chose !

    (Sous mon ironie-sarcasme, MJ, je suis d’accord avec toi. Y a tellement de chialeux, et peu s’impliquent. Mais c’est notre société, pourquoi on participerait pas ? Et ce sont les enfants qui en souffrent bien sûr)

  4. Une petite implication demandée aux parents… toute petite… une petite réunion de 2-3 heures 1 fois par mois, pour s’assurer que l’Harmonie, en musique, au secondaire, une bien belle discipline pour les jeunes, qui leur apporte une belle intégration à un beau groupe, de belles découvertes, des voyages, une expérience de groupe extraordinaire, que l’Harmonie, donc, continue de vivre…

    7… 8 parents? 1 ou 2 qui acceptent de s’impliquer?

    Désolant… tu as raison.

  5. Pour un peu compléter ma réponse précédente et celle de mon chéri; C’est un peu dans cet esprit que je m’étais résignée à ne pas participer au comité de parent. Les sorties scolaires qui demandent des parents bénévoles ne trouvent pas de volontaires, mais la liste du comité de parent (et le prestige que ça peut donner à ceux qui veulent y voir du prestige) est habituellement complète. C’est donc vers les activités que je me suis tournée. J’accompagne quand l’enseignante a besoin et pour ça, pas de liste de volontaire, je suis souvent la seule, sinon un ou deux autre à dire présente pour les sorties scolaires et les activités parascolaires.

  6. @Tounette, chez-vous c’est la faute au voisin? Chanceuse! Ici, c’est toujours la faute au gouvernement! 🙂
    Qu’on se comprenne bien: je ne cherche pas à culpabiliser les gens qui ne s’impliquent pas. Mais si tu ne t’impliques pas, ou si tu ne votes pas, dans mon livre à moi, comme dit Réjean Tremblay, tu viens de perdre ton droit de parole! Je serais curieuse de voir combien de parents qui manifestaient cet après-midi sont sur les CE…

  7. Quand mon plus vieux est entré en maternelle, j’ai décidé de m’impliquer au sein du CE de mon école de quartier. En deux ans, jamais un parent ne s’est pointé aux rencontres.

    Après 2 ans, j’ai laissé ma place à d’autres et, la semaine dernière, recevant un avis de l’école qu’une place était vacante, j’ai contacté la directrice de l’école et je rembarque. Pourquoi ? Parce qu’il y a des choses qui se sont produites cette année qui m’irritent en tant que parent. Il y a quelques temps, j’ai écrit à l’école parce qu’une nouvelle directive concernant la bibliothèque scolaire me semblait aller à l’encontre de la nature même d’une bibliothèque scolaire. Je croyais qu’il y aurait beaucoup de parents qui se plaindraient comme nous mais non, y’a juste nous qui a écrit notre désaccord à l’école. Pourtant, ça jasait pas mal contre la directive!!! Je suis bien contente de l’avoir fait car la directive sera bientôt remplacée par une autre, beaucoup plus logique.

    Moi aussi je crois que lorsqu’on ne vote pas ou qu’on ne participe pas, on perd notre droit de parole. Chiâler au Québec, on le sait qu’on est bon là-dedans, faudrait maintenant passer à autre chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.