C’est ça qui est ça

Parfois, on s’en demande trop. On se veut forte, la plus forte. On laisse passer des choses qu’on accepterait pas autrement, on tasse le reste. Qui s’accumule.

Parfois, la seule chose à faire, c’est d’accepter d’être dépassée.

Parfois, la seule chose à faire, c’est d’avoir l’humilité de dire qu’on a besoin d’aide, et de temps.

Parfois, la seule chose à faire, c’est ouvrir les vannes, pleurer sa vie. Et prendre un temps d’arrêt.

Parfois, la vie nous fait le cadeau de mettre sur notre chemin quelqu’un qui comprend, qui a les mots pour consoler, rassurer et remettre les choses en perspective.

Parfois, c’était hier. Aujourd’hui, je rends les armes et j’accepte que j’ai besoin d’une pause.

3 réponses sur “C’est ça qui est ça”

    1. Rien de grave, mon amie. Un peu d’épuisement professionnel. Faut croire que congédier 16 personnes et devoir livrer tout autant – le fameux faire mieux avec moins! – ça érode sa quinqua 🙂 Bref, rien que quelques semaines de repos ne pourra réparer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.