Son premier vol à l’étalage

Je suis l’heureuse maman d’une préadolescente de 3 ans et trois quart…avec tout ce que ça comporte de joies, de bonheurs, d’angoisses et de pétages de coches.

Ce matin, petite sortie mère/fille: l’épicerie et accessoirement, un détour à la banque – faut ben payer les comptes, hein! Après avoir passé une heure à refuser les bonbons, les chips, le gilet de Dora (vive les épiceries où on trouve de tout!), les popsicles vert lime et la slush au nom évocateur de « lipposuccion », je cède pour des crayons feutres. Après tout, les siens sont finis, et comme mère, puis-je refuser à mon enfant de laisser s’épanouir son talent artistique? Nah… Mais non, Choupinette, pas le cahier à colorier, y’en a des tonnes à la maison. Et non, pas de jolis collants non plus, ça aussi, y’en a des tonnes…

En sortant de la banque (ça aussi, vive la joie du mélange fruits »/légumes/guichet…), ma choupinette à moi, cet ange à qui on donnerait le bon dieu sans confession avec ses grands yeux de biches et ses boucles blondes, sors de dessous son imper une carte de collants… « C’est joli, hein maman »

J’ai hésité entre le rire et la nécessité de lui expliquer qu’on ne prenait pas des choses au magasin sans demander la permission et surtout sans les payer. Je l’ai prise par la main, en retenant mon fou rire, l’ai ramenée au magasin où elle a remis l’horreur (parce que c’en était une, croyez-moi) dans le présentoir et l’ai forcée à faire des excuses au gérant du magasin qui avait lui-même du mal à contenir sa bonne humeur. Penaude (c’est qu’elle est orgueilleuse, la Choupinette), elle a juré qu’elle ne le referait plus. N’empêche… vais-je devoir me transformer en douanier de l’aéroport Pearsons et fouiller ma fille à chaque sortie? Nah… je demanderai à son père de s’en charger…:-)

3 réflexions au sujet de « Son premier vol à l’étalage »

  1. Cette forme de vol à l’étalage est peut-être assez courante, finalement…

    Un peu de la même manière, mais sans qu’on puisse me prêter quelque intention (j’espère!) ni qu’on puisse s’en servir pour me donner une leçon de vie à l’époque, j’ai volé une noix de Grenoble à l’épicerie lorsque j’avais 18 mois, et une brosse à dents à la pharmacie un peu plus tard dans ma vie.

    Ma mère m’a raconté avec combien de désolation pour les commerces volés elle avait retrouvé ces items sous ma couverture, dans ma poussette, en me découvrant, une fois de retour à la maison!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>