Maudites zhormones!

Boys, passez votre tour pour la lecture de ce billet. On va parler d’affaires de femmes, d’hormones, de médecine naturelle et de tampax. Ouais. Et de m-é-n-o-p-a-u-s-e.

Dans 6 mois, je fêterai mon 40e anniversaire de féminité. 40 ans. À tous les mois. 40 X 12. 480 mois. Moins la grossesse et l’allaitement, ce qui fait tout de même 462 mois. 462 occasions d’avoir le p’tit maudit bouton qui te sort sur le menton. 462 occasions de combattre les crampes. 462 rages de sucre, de chips, de cochonneries qui font que t’as l’air du bonhomme Michelin. 462 spm. 462 occasions de donner sa démission, de chialer comme un bébé, de « snaper » pour rien. 462 boîtes de tampons, de toutes les couleurs.

On pourrait croire qu’à l’idée de mettre un terme à cela, on ne peut que se réjouir. N’est-ce pas?… N’est-ce pas?…. Non? Youhou? Y’a quelqu’un????

Depuis quelques mois, et malgré que me gynéco me dise que je suis encore comme une poulette du printemps, y’a des symptômes qui ne trompent pas. La fatigue. Les « moodswings ». Les règles abondantes et fréquentes. L’insomnie.Les trous de mémoire. La difficulté de concentration.

Mammouth sourit. Et dit aux enfants de ne pas s’en faire, que je suis en m-é-n-o-p-a-u-s-e. Et j’enrage, évidemment.Ce qui le fait rire encore plus.

Hier, en allant au Jean Coutu, je me suis retrouvée dans l’allée des tests de grossesse. Et là, sans crier gare, le moton. Le moton du « plus jamais ». Comprenons-nous bien: j’adore les enfants, mais j’ai donné. C’est pas l’idée de ne plus avoir d’enfants. C’est l’idée du « c’est déjà derrière toi, mémée ». L’idée de passer à une autre étape. Je suis zen, je n’ai pas peur de vieillir. C’est le passage qui me trouble. Je voudrais déjà que ce soit fini, qu’on en parle plus. J’ai pas envie de me taper les bouffées de chaleur. Les hormones de synthèse ou les phyto-eostrogènes . Et les sourires narquois de Mammouth.

Mais bon, comme pour le reste, on y échappera pas. On va donc le prendre avec humour. Oui madame. Avec humour. Et on ira lire les soeurs, en prenant un thé à la réglisse…

Ce contenu a été publié dans tranches de vie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Maudites zhormones!

  1. Madame S dit :

    Va pour l’humour ! D’une autre presque ménopausée amnésique et hystérique. Bises. P.S. Bien aimé tes derniers billets.

  2. Dre Papillon dit :

    Il paraît que la ménopause (et ses symptômes) est une construction très culturelle. Que dans les pays où « vieillir » n’est associé qu’à du très positif, comme plus de sagesse, plus de statut social, etc. (comme dans plusieurs sociétés traditionnelles où « l’ancêtre » est vénéré), la ménopause n’existe pas et les femmes n’ont aucun inconfort lors de ce passage.

    Bon, ça ne nous console pas parce que nous ici, on en a des symptômes, mais comme quoi il faut s’accrocher à cette sagesse grandissante, n’est-ce pas ? Et à l’humour 😉

  3. Etolane dit :

    Depuis que j’ai fêté mes 38 ans, la question de ménopause vient aussi hanter mes neurones. Merci de ce billet qui fait du bien à mon moral tanguant! 😉

  4. Katry Ann dit :

    Bonjour!
    Je suis Katry Ann de Mom Central Canada et aimerais communiquer avec vous. Pourriez-vous m’écrire au kbeaudoin@momcentral.com.

    Merci et bon week-end.

    K-A
    Gestionnaire de Communaute
    Mom Central Canada

  5. Joan Durand dit :

    Je te comprends tellement! Ça bouge plein d’affaires en dedans, on ne veut pas d’autres enfants mais on voudrait encore avoir le choix, on voudrait même être un gars, des fois… l’humour, c’est le meilleur remède, t’as bien raison. :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>